Royal styles and titles: Files from the UK National Archives
introduction to the files cast of characters styles and titles of the British royal family

275,859/6

 

date : 23.6.14

Hove. Borough chief constable.

 

Baroness de Vomecourt.

Forwards report.

 

Minutes

 

This seems a case for the grant of a certificate. It raises however the question whether the applicant is to be asked in accordance with the procedure settled in the D’Erlanger case (B.11.067/10) to undertake to drop her title of Baronne.

 

I am not clear whether it was contemplated that the procedure should apply where the title is one to which there is no legal right in the country of origin and is merely a matter of courtesy and therefore presumably not one for use of which any formal leave will be given in this country. In writing this I assume that the existing French law does not regonize a title in any way, but I have not been able to confirm this assumption except by observing that in the “Almanach de Gotha” of the current year in the section relating to France not titles are given. (see for example list of the Conseil Superieur de la Guerre, page 782). On the other hand the same publication includes French Ducal families (see for example page 435). Further I do not know whether a French Baroness like an English countess had in the old law or now has something equivalent to a legal right during her life to her title, see per Lord Lindley Earl Cowley against Countess of Cowley (Law Reports A.C. page 458).

 

On the one hand it would seem that the matter is trivial and that it is hardly worth asking for an undertaking as to what is probably not a legal title at all, while on the other hand the use of such a title as “Baronne” is prima facie inconsistent with English nationality, the word being distinctly foreign and suggesting that its owner is not a British subject.

 

? On the whole proceeed as directed in the D’Erlanger case, and ask for an undertaking not to use the title of “Baronne”.

 

            J.F.W.

            7.8.16

 

See Mr Pedder’s ? within asking Mr Ward to write to the College of Arms and the reply from the College. The suggestion made is that the Lady should be nat.d and told that if she has proof of her title she may apply by petition to the king to use it.

On the whole as permission to use foreign titles has been rarely granted I think she should not be encouraged to apply. She can make the move herself if she desires.

Baron de Teissier’s case (B23599) appears to have been rather a special case when permission was granted largely as the title went back to 1819. HO as no information as to de Crevoisier’s sort of title.

? say to agent that S of S is prepared to grant a cert. of nat. to their client on the payment of the usual fee of L2 but he must make it a condition of this grant of the cert. that she will not use her foreign title of Baroness de Comecourt after her nat.on unless and until she obtains an official recognition of it. Ask for written undertaking from her accordingly.

                                    EWH  9.15.16

                                    J.F.W. 11/9

this seems the best course though a French title hardly falls within the mischiefs of the rule adopted in B 11069/10 which arose out of a German title.

            J.P. 20/9/16

S of S

            It seems to me very undesirable to propose to recognize officially French titles which are not officially recognized by the French government.

I think it would be better either

(1) to take no notice at all of the French title, granting the certificate in the lady’s name only, or

(2) to ask for evidence as to her right to the title. and, if it is found to be an old and genuine one, to insert the words (commonly called Baroness de ---) in the certificate. This allowing her to go on using it without any formal recognition. If on the other hand the title is recent or doubtful, we might refuse to grant the certificate unless the title is dropped.

                        AJ 1.10.16

           

S of S wd like further information as to the recognition or otherwise of the title in France. Wrote F.O. 7.10.16

 

Please see note of F.O. reply within

EWH 16.10.16

 

This shows that we need not fear any trouble with the French govt whichever course we take. I have still some doubt about formally recognizing French titles. but probably, if we raise the question, she will want to know whether it is to be recognized before she goes on with the naturalization.

            AJ 16.10.16

 

Ask the agents for particulars with regard to the lady’s title, and whether it has ever been recognized by the French authorities.

            AJ

            19.10.16

 

(S of S proposes afterward to submit to the king the question of recognizing the titles of naturalized persons.)

 

            Wrote M Chant 23/10/16

 


 

Detective Department,  Police  Station,

 

14th June, 1916.

 

re-Baroness de Vomecourt.

 

Sir,                               

 

I beg to report having made careful enquiries respecting the above-named, as requested in Home Office letter, dated the 12th,. inst. and beg to report thereon as follows.

 

  1. The signatures have been verified, and found to be genuine. 
  2.  
    1. The Applicant was born at Boulogne-sur-Mer, Pas de Calais, Prance, on the 1st. September, 1870.
    2. Her character is excellent, and she is highly respectable.
    3. She has a good knowledge of the English language.
    4. The name of her husband was Jean Francois Constantin Maxime de Crevoisier (Baron) de Vomecourt.
    5. The Applicant was married on the 4th. February, 1893 at Nancy, Meurthe Moselle, France.
    6. Her husband was killed at Ypres, on the 20th. December, 1914.
    7. The names, dates, and places of birth of her sons are as follows. 
      1. Jean Francois Constantin de Crevoisier, born on the 25th.May, 1899. 
      2. Philippe Albert de Crevoisier , born 16th. January, 1902.  
      3. Pierre Fourier de Crevoisier, born 1st. January, 1906.  All were born at Chassey les Montbozon, Haute Saone, Prance.
    8. The Applicant has complied with the Provisions of Part 2 of the Aliens Restriction Order.

As regards the Referees.


    1.    Their characters are excellent, and they are highly respectable.       
      Their occupations are as follows.
      • Mr. Ernest Edward Chant has no occupation.     
      • Mr. Henry Johnson Carson is a Schoolmaster.         
      • Mr. Arthur Oldham Jennings is a Registrar of the County Court.
      • Canon James Connelly is deceased.
    2. They are all householders, and British born subjects.
    3. Their acquaintance with the Applicant has extended over the periods mentioned in the Memorials.

 

I am,    

Sir,

Your obedient Servant,

 

Det. Sergt.

 


 

To the Right Honourable His Majesty's Principal Secretary of State for the Home Department.

 

The Humble Memorial

 

Sheweth:

1.    That the name of your Memorialist and other particulars relating to him are as follows:—

Full Name (a)

Address ..

Trade or occupation....................„...

Place (6) and date of birth (where known) ____

Nationality (c) ______

Married, single or widower (widow) ___

Date and place of marriage..........._............

Name of husband Names and nationality of parents

2.    That   your   Memorialist   has the following   children (d)   under  age   who were born out of His Majesty's Dominions and whose names she desires included

in her Certificate:—

 

 


 

Auchleeks, Calvine, Perthshire

 

17 August 1916

 

My dear Stephen,

 

The point raised is somewhat difficult. For a foreign title to be recognized in this country the Fount of Honour, i.e. the King has to give His consent. If the Lady you allude to has proof of her right to the title she can apply through a petition to the crown, but she must first become a naturalized Britisher. There is a precedent in Baron de Teissier created in France 1819 and allowed here 1905 [B23,599]

 

I could suggest in the papers of naturalization that the Lady be described by her full Christian and surnames and in brackets (commonly known as the Baroness ---).

 

Thank you for your kind sympathy. It is sad so young and promising a boy should be called away, but our lot is the common lot and one must bear it.

 

Your affectionate uncle,

 

A.S. Scott-Gatty

Garter

 

[Major Charles Scott-Gatty, 2nd son of Garter, was killed in July 1916. Sir Alfred Scott-Gatty’s sister Undine Marcia married Rev. W. Ward and was the mother of Stephen Ward.]



pinned to the previous letter

 

1. Can we officially recognize a French title if the French republic does not recognize titles at all?

2. Has there been any official permission to use of French title since 1870?

 

AJ 22-9-16

 

1. This is what I wanted to get out of Garter, but he dodged the point, with the presumption however that we could.

2. Just the one case mentioned in Garter’s letter: de Teissier.

 

JP 23/9/16

 



7th October, 1916.

 

Dear Campbell,

 

The Home Secretary is anxious to have precise information on the following points, and I should be greatly obliged if you could pass on the inquiry to the proper quarter in the Foreign Office:-

1. How far are titles of nobility officially recognized in France? I take it that their use is not positively forbidden, but are they in any sense known by the law or are they ever used in official documents by way of courtesy? How, for example would an authentic French Duke be described in an official French document?

2. Would there be any objeotion, when a Frenchman with a title is naturalized in this Country, to our giving official recognition to the French title?

 

The question has arisen in the case of the naturalization of a lady who is a French Baroness, and we have not decided whether we should require her to drop her title as a condition of naturalization, or whether we should naturalize her, and say that if she has proofs of her title she can apply by permission of the King for permission to use it.

 

There has been only one case since 1870 (that of Baron de Teissier in 1905) in which a French title has been officially recognized, and it seems rather doubtful whether we can or should recognize a French title if the French Republic does not recognize titles at all.

 

In view of the fact that the case of the lady in question is awaiting decision, an answer at your early convenience would be a great favour.

 

Yours sincerely,


 


 

I wrote to Mr Campbell of the Foreign Office about the use of titles in France and received a telephonic reply from Mr Stewart. Mr Stewart told me that so far as the Foreign Office knew the attitude of the French Government was one of complete indifference. The general practice, he thought, might be stated to be that in France titles were regonized and used socially but not officially. In official lists titles were not given. For example the naval attaché, the vicomte de La Panouse, is given in the French list of embassy staff simply as M. de La Panouse. There had been one or two instances, Mr Stewart said, in recent years in which Frenchmen had been referred to in French official documents by their titles but it was believed by the Foreign Office that this had occurred per incuriam.

 

mr Stewart had no reason to think that the French Government would raise the slightest objection to the recognition of a French title vby the King. Complete certainty on the point could only be attained by consulting them through the Ambassador a course which the Foreign Office rather deprecate. No objection would be raised by the Foreign Office to such a recognition.

EWH 14.10.16

 


 

275, 659/6
 

23rd October, 1916.

 

Sir,

 I am directed by the Secretary of State to refer to the application of Baroness de Vomecourt for naturalization, and to ask for particulars with regard to your client's title - whence it was derived, and whether it has ever been recognized by the French Authorities.

 

I am,

Sir, Your obedient Servant,

 

 

Mr. E. E. Chant,

74, Hove Villas,

Hove, Sussex.

 


275,859/7

 

date: 27.10.16

Mr Ernest E. Chant

Baroness de Vomécourt

 

Forwards for perusal and early return French publications ‘Armorial General’ and ‘Carte d’Electeur’ which shew the claim to above title to be valid.

 

Minutes

 

See memo and copy extract of ‘Calvin’s case’ within

            EWH 22.11.16

 

The only observation that occurs to me with reference to Mr. Holderness’ memorandum within. with which I agree, is that as a lawyer I feel some doubt whether if it were decided to grant certificates upon an undertaking by the grantee not to use a foreign title it would be possible afterwards to revoke the certificates in the event of a breach of the undertaking. A certificate under section 7 of the Act of 1914 is revocable for fale representations or fraud, but neither of those expressiosn seem to me appropriate to a mere breach of contract. Fraud and breach of cotnract are quite distinct legal conceptions and the representation must (I think) be a representation of a relevant fact as at the date of the grant of the certificate.


A mental fact, such as the existence of an intention, is as much a fact as any other. (see minute on 315569/14), and if a person misrepresents an intention no doubt the certificate is revocable; but (a) it is not clear that merely entering into an undertaking is in itself a representation fo the existence of an intention to fulfill the undertaking, and (b) even if this is not so, a breach of the undertaking, possibly some years afterwards, is not necessarily evidence that there did not exist at the time an honest intention to fulfil it.

In order to meet these difficulties I have suggested in the Szopory case a rather elaborate form of statement of intention as I assume it will be desired at any rate at the present time to get the best guarantee possible that a naturalized person shall not use an enemy title.

            J.F.W. 23.XI.16

 

See S of S minute on the baroness de Sousa Neiro’s case 310.519/3. The individual cases are not to be hung up until the general question is decided. [M Fischer Williams says nothing more to be done on this.]


? grant cert. omitting title and explaining as in 310.519. that the grantee’s title is not officially recognized. Include in the cert. the children Jean FrancoisConstantin, Philippe Albert, Pierre Fournier.

            SWH 8.12.16

            JFW 9/XII/16

            J.P 9/12/16



74 Hoves Villas, Hove, Sussex

October 27th, 1916

 

Sir,

 

I have the honour to acknowledge the receipt of your letter marked 257,859/6 dated the 23d instant, and in reply beg to submit a copy herewith of the 1st volume of a French pubication entitled ‘Armorial Generale’ published at Paris 1907, and a `carte d’électeur’, both furnished to me by (not “my client” but) the widow of my late friend baron de Vomécourt. Will you perhaps very kndly return these two papers directly you have examined them and noted their contents.

 

The first one will probably satisfy you sufficiently of the genuineness of the late Baron’s title. As to recognition by the French Authorities, it will be obvious to you on reconsideration that the French government, being a Republic, does not officially recognize any titles. I am told that in all military documents such are omitted; and in marriage and birth certificates the insertion of them depends entirely on the sympathies of the official concerned. But you will observe that the carte d’électeur describes my late friend as Baron de Vomécourt.

 

I may add that I have met and know of several members of the Baroness’s own family who bear titles of nobility.

 

I am, Sir,

your obedient servant

 

Ernest E. Chant

 

The Under secretary of State

Home Office

 

 


 

 

DE CREVOISIER DE VOMÉCOURT

 

Seigneurs et barons de Vomécourt et d'Hurbache, seigneurs de Moncourt, de Saint-Dié, de Pont-sur-Madon, etc.

 

LORRAINE ET FRANCHE-COMTÉ

 

ARMES : D'azur à trois palmes d'argent mises en pal, celle du milieu plus élevée.

 



ORIGINE

 

La famille CREVOISIER paraît tirer son origine de la Franche-Comté, d'où elle passa en Lorraine, où elle se fixa pendant deux siècles avant de rentrer dans la Comté, où elle réside actuellement.

 

Le premier titre de noblesse que cette famille puisse rapporter est une lettre de confirmation de Philippe II, roi d'Espagne, du 6 juillet 1623. Dans cette lettre il y est dit « les ancêtres de Gaspard Crevoisier ont servi les rois et princes pendant plus de quatre cents ans ». Cette famille était d'épée, tant à cause des termes de cette lettre qu'à cause des premiers Crevoisier connus.

 

En l'absence de documents nous permettant de remonter plus haut, nous commencerons la généalogie de cette famille à Frédéric, père dudit Gaspard.


 

DE CREVOISIER DE VOMÉCOURT

 

GÉNÉALOGIE

 


PREMIER DEGRÉ

 

Frédéric Crevoisier vivait, en 1596, à Faverney, dans le comté de Bourgogne. Il y passa un traité de vente le 21 février de cette même année. De son mariage avec Antoinette de Tourny (1), il eut pour fils :
Gaspard Crevoisier, qui suit.

 

(1) Tourny : de sable à l’aigle d’or, regardant une étoile du même posée au canton dextre du chef.

 


IIe DEGRÉ

 

Gaspard Crevoisier, domicilié à Faverney au moment de son mariage, passa une grande partie de sa vie sur les champs de bataille. Après avoir servi dans plusieurs guerres successives, en Espagne, en Allemagne et en France, il passa en Hongrie, où il fut pourvu d'une compagnie de 400 hommes d'armes pour le service de l'empereur Rodolphe.

Retiré en Bourgogne, il fut fait capitaine des ville et château de Granges. Seigneur de Moncourt en Falconède, il passait, le 5 janvier 1629, bail d'une ferme qu'il possédait à Vauvillers.

 

Le 6 juillet 1623, à la suite de ses brillantes campagnes, il avait obtenu de Philippe, roi de Castille, une confirmation de noblesse, ci-après rapportée :

 

CONFIRMATION  DE NOBLESSE Accordée à Gaspard Crevoisier.

 

« PHILIPPE par la grâce de Dieu roy de Castille, d'Aragon, de Léon, des Deux Siciles, de Hierusalem, de Portugal, de Navarre, de Grenade, de Tolède, de Valence, de Galice, des Maillorques, de Sicille, de Sardeyne, de Cordoue, de Corsique, de Murcie, de Jaen des Algarbes, de Algevre de Gi braltar, des îles de Canarie et des Indes tant orientales que occidentales des iles et terre ferme de la mer Océan ; archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne, de Lothier, de Brabant de lembourg, de Luxembourg, de Gueldres et de Milan ; comte de Habsbourg, de Flandres, d'Artois, de Bourgogne et de Tirol ; palatin de Haynault, de Holande, de Zélande, de Namur et de Zutphen ; prince de Lucbane ; marquis du Saint Empire de Rome ; seigneur de Frise, de Salins, de Malines, des cités, villes et pays d'Utrecht, d'Overyssel et de Groeningue, et dominateur en Asie et Affrique, à tous présents et à venir qui ces présentes verront, salut, de la part de nôtre cher et bien aimé capitaine Gaspard Crevoisier, natif de nôtre comté de Bourgogne, nous a été représenté qu'il serait issu des parens fort honorables dequels plusieurs auraient servi à leurs princes naturels, nos prédécesseurs de glorieuse mé-moire, en charges et offices principaux dudit comté, de plus de quatre cents ans en çà, et que le suppliant à leurs imitations, après avoir voyagé par ces nos royaumes d'Espagne, Allemagne, France et Itallie, se seroit pareillement employé en nôtre service et guerres de nos pays, dans l'espace de trois ans en çà et depuis passé en Hongrie où il aurait été pourvu d'une compagnie de quatre cents hommes pour le service de feu de très haute mémoire l'em-pereur Rodolphe, nôtre très honoré bon frère oncle et cousin, et en icelle qualité se serait valeureusement comporté. En apres s'estant retiré audit Bourgogne aurait été fait capitaine des villes château de Granges et en outre ce souventes fois a été employé en autres choses de nôtre service, même à la levée des troupes derniers en notre comté, aurait eu la charge et conduite de l'artillerie, ayant semblablement rendu plusieurs bons services par commissions de nôtre gouverneur dudit Bourgogne ; de plus, feu Gaspard Crevoïsier, son père, qui était homme de moyens, accourait en teins de nécessité pour quarante milles escus en service de nôtre dit comté. En considération de tout ce que dessus et que le suppliant est toujours main-tenu noblement et honorablement et possède de bonnes parties de biens et entre autres la seigneurie de Montcourt de Francalede audit comté, ayant haute, moyenne et basse justice, et ne désirant rien de plus que de continuer de bien mieux nôtre service. Il nous a très humblement supplié que pour ly encourager davantage nôtre plaisir fût de l'anoblir et sa postérité en lui permettant de continuer à user des armes jusques or par lui portées et de luy faire despecher nos lettres patentes en tel cas pertinentes. Scavoir faisons que nous ce que dessus considéré mesme la favorable intéressée que sur ce nous a fait nôtre très chère et très aimée bonne tante Madame Ysabel-Claire-Eugénie par la grâce de Dieu Infante d'Espagne, pour Nous gouvernante perpetuelle de nos dits pays d'embas, avons de notre certaine sciance, authorité souveraine et grâce spéciale, pour Nous, nos hoirs et successeurs, audit capitaine Gaspard Crevoisier, suppliant, et à ses enfans masles et femelles nais et a naistre en léal mariage, accordé et octroyé accordons et octroyons à toujours et par ces présentes le tiltre et degré de noblesse, vou-lant et entendant que celuy, sesdits enfans et postérité procrées en léal mariage comme dit et ayant à jouyr et user, jouyssent et usent d'uy anavant et à toujours comme gens nobles en tous lieux, actes et besoincs, de tous et quelconque honneurs, prérogatives, prééminences, libertés, franchises, privilèges et exemptions de noblesse, dont les autres nobles de nos dits pays d'embas et signamment de nostre ditte comté de Bourgogne ont accoutumé de jouyr, jouyssent et jouyront et qu'ils soient en tous leurs faits et actes tenus et réputés pour nobles en toutes places en jugement et hors d'icelluy comme les déclarons et créons tels par ces mesmes présentes et que semblablement ils soient et seront capables et qualifiés pour être eslevés à état et dignité soit de chevalerie ou autres et puissent et pourront en tous tems acquérir, avoir et posséder et tenir en nos pays et signament en nostre dite comté de Bourgogne places, terres et seigneuries, ventes, revenus, possessions et autres choses mouventes de nos fiefs et arrierfiefs et tous autres nobles tenements et iceux prendre et tenir de Nous ou d'autres seigneurs féodaulx de qui ils seront dépendant et sy aucune des choses susdites ils ont ja acquis, les tenir et posséder sans être contraint de par Nous ou d'autres les  mettre hors de leurs mains à quoy nous les habilitons et rendons suffisans et idoines moyennant toutefois et a conditions que pour et a cause de nostre protection et annoblissement ledit suppleant sera tenu de payer une fois en mains.de celuy de nos trésoriers ou receveurs qu'il appartiendra à notre profit certaine finance et somme de deniers a l'arbitrage et taxation de nos très chers et féaux les chefs trésoriers général et compris de nos domaines et finances que commettons à ce faisant en outre vers Nous, nos dits hoirs et successeurs les devoirs y appartenant selon la nature et condition d'iceux fiefs et biens acquis ou à acquérir, et la coutume des pays ou us sont situés, consentant et permettant en outre audit suppliant qui  et sa postérité de léal mariage comme dit puissent et pourront perpétuellement en tous et quelconques leurs faits et gestes et autres actes licites continuer à porter les armes que ledit capitaine Gaspard Crevoisier a porté jusque ors. Sy prions à notre dite bonne tante, requérons aux autres nos gouverneurs a venir de nos dits pays d'embas et donnons en mandement à nos très chers et féaulx chef président et gens de nos privé et grand Conseils ausdits de nos finances, gouverneur de notre dite comté de Bourgogne, président et gens tenant notre cour de parlement de Dôle, présidents et gens de notre chambre des comtes, les baillis d'amont et d'aval et dudit Dôle, et à tous autres justiciers officiers présents et à venir, leurs lieutenants et chacun d'eux en droit sujet sy comme luy appartiendra et tous autres nos sujets que laditte finance et somme d'argent tauxée et payé en mains de celui de nos trésoriers ou receveurs qu'il appartiendra, lequel sera tenu dans faire recepte à notre profit et rendre compte avec les autres deniers de son entremise, lesdits de nos comtes à Dôle procèdent bien et duement à l'interement et enregistration de sesdes présantes selon leur forme et teneur, et ce fait ils et lesdits autres nos officiers, faient, souffrent et laissent ledit capitaine Gaspard Crevoisier et sa postérité de léal mariage de nostre présente grâce, onction et annoblissement, et de tout le contenu en sesdites présentes, plainement, paisiblement et perpétuellement jouyr et user sans leur faire, mettre ou donner ny souffrir être fait, mis ou donné ou à aucun d'eux, contre la teneur de sesdits présentes contredit destourbier, ou empêchement quelconque ; car ainsi nous plait il. et voulons être fait nonobstant quelsconques ordonnance, statuts, coutumes, usages et autres choses au contraire, desquels nous avons relevés et dispensés, relevons et dispensons lesdits de nos finances et de nos comtes et tous autres à ce qu'il peut toucher et regarder. Et afin que se soit chose ferme et stable à toujours Nous avons signé ces présantes de notre main et à icelle fait mettre notre grand scel, sauf en autre chose nos droits et d'autruy en toute. Donné en nostre ville de Madrid, royaume de Castille, le sixième jour du mois de juillet, l'an de grâce mil six cent vingt trois et de nos reignes le troizième.

 

Signé : Philippe

 

Le 16 novembre 1602, suivant contrat passé à Cresnot-les-Jussey, devant Arbilleux, notaire de Besancon, Gaspard Crevoisier avait épousé Claudine-Claude Crevoisier, qui suit.

 


IIIe DEGRÉ

 

Claude-Desle Crevoisier naquit à Faverney, où son père habitait encore vers 1630. Nommé capitaine de cavalerie au service de Charles IV, duc de Lorraine, le 1er octobre 1642, il obtint, le 13 juillet 1650, un certificat de 20 années de service et son congé définitif. En 1670, il commandait Château-Fort, dans la comté.

 

Le 12 novembre 1650, il avait épousé Catherine Berthemin (1), fille de Philippe Berthemin, seigneur de Dampvalley, de Pont-sur-Madon et de Vomécourt, et de Laurence Thomassin de Montdoré (2).

 

Il laissa comme enfant :

Claude-Nicolas, qui suit.

 

(1) Berthemin : D'or à une pointe d'azur, chargée de deux palmes d'or entrecroisées, à 2 chapeaux de lauriers de sinople sur le chef, et pour cimier un dextrochère tenant un chapeau de laurier de l'écu entrelacé de 2 palmes dor.

(2) Montdoré: d'azur à un mont d'or.

 


IVe DEGRÉ

 

Claude-Nicolas Crevoisier fut baptisé à Montdoré le 24 août 1672. Chevau-léger dans la garde de Léopold, duc de Lorraine, il obtint, le 22 janvier 1706, un arrêt de la Chambre des Comptes de cette province, reconnaissant l'ancienne noblesse des Crevoisier, et les dispensant de la production décennale de leurs papiers et titres de familles, perdus ou brûlés pendant les guerres, si fréquentes à cette époque, dans cette région.

 

ARRÊT DE  LA  CHAMBRE  DES  COMPTES   DE  LORRAINE

MAINTENANT

CLAUDE-NlCOLAS CREVOISIER DANS SA QUALITÉ DE NOBLE

 

                                         du 22 Janvier 1706.                             

 

« LÉOPOLD, par la grâce de Dieu roy de Jérusalem, duc de Lorraine et de Bar, Marchis, etc., à tous ceux qui ces présentes verront, salut. Scavoir disons que veu par notre Chambre des Comptes de Lorraine la requête à elle présentée par Claude Nicolas Crevoisier, escuyer, l'un des chevau-legers de notre garde, expositive qu'il lui était important de faire reconnaître sa noblesse en notre Chambre tant pour l'honneur de sa famille que pour se maintenir en possession tranquile des fiefs qui lui appartiennent. Requérait partant qu'il fut maintenu et gardé au droit et possession de noble et escuyer, en conséquence ordonner qu'il jouira des privilèges, franchises, immunités et prérogatives dont jouissent toutes personnes nobles. Le dire de notre Chambre au bas de ladite requête soit communiqué à notre procureur général du 20 août dernier 1705. La production des titres et pièces faites par ledit Nicolas Crevoisier, suppliant, scavoir : le contrat de mariage de Gaspard Crevoisier, qualiffié escuyer, aïeul du suppliant et fils de Frédéric Crevoisier, aussy qualiffié escuyer noble, passé au lieu de Cresnot les Jussey, par devant Jean Joseph Arbilleux, notaire de Besançon, résidant audit Cresnot, en date du 16 novembre 1602, certiffié par le juge et le procureur d'office dudit lieu de Cresnot, le dernier janvier 1704, et légalisé par le lieutenant général au bailliage de Vesoul le 29 septembre de la même année 1704 et scellé le 7 avril de la même année dernière 1705. Signé : Gantois. La coppie d'un bail de gagnage situé dans la parroisse de Vauvillers, consistant en une maison, terres labourables, preys, champs et chenevières en une vigne y speciffiée, passé par ledit Gaspard Crevoisier, qualiffié escuyer, demeurant à Faverney, en datte du 5 janvier 1629, ladite coppie légalisée par le bailli dudit Vauvillers le 2 avril 1705. La copie d'un contrat de vente faite par Frédéric Crevoisier, demeurant à Faverney, qualiffié noble, passé par devant Hugue Pirotte, tabellion audit lieu de Faverney, en date du 20 février 1596, certifié par DD Maignien, nottaire royal au bailliage d'Amont, siège de Vesoul, à la résidence dudit Faverney, le 6 avril 1705, et légalisée par le lieutenant général audit bailliage royal de Vesoul le 7 du même mois d'avril 1705, scellé le même jour. Signé : Gantois. Le contrat de mariage de Claude Desle Crevoisier, père du suppliant, qualiffié noble et fils de Gaspard Crevoisier, aussi qualiffié noble, avec Catherine Berthemin, demoiselle, fille de Jean Philippe Berthemin, qualiffié noble, seigneur du Pont, passé par devant Nicolas Barras, de Vauvillers, au lieu de Montdoré, en date du 12 novembre 1650, certifié par le baillit de Vauvillers le 29 septembre 1704 et légalisé par le lieutenant général au bailliage royal de Vesoul le 7 avril 1705 et scellé le même jour. Signé : Gantois. Un exécutoire de dépens expédié au bailliage de Vauvillers au proffit de Catherine Berthemin, veuve dudit Claude Desle Crevoisier, qualiffié noble   en date du 3 novembre 1695, ledit exécutoire certifié par le baillif dudit Vauvillers par acte ensuite du 29 septembre 1704. Le contrat de mariage dudit Claude Nicolas Crevoisier, suppliant, qualiffié noble fils de Claude Desle Crevoisier, aussy

qualiffié noble, avec Heleine Thomassin, qualiffiée demoiselle, fille du sieur de Montdoré et de Margueritte Durand, qualiffiée demoiselle, par devant Simon François Augier, nottaire royal de Vauvillers, en date du 13 juin 1699, certiffié par le baillif de Vauvillers et légalisé par le lieutenant au bailliage général de Vesoul le 7 avril 1705 et scellé le même jour. Signé : Gantois. La coppie d'un bail passé par ledit Claude Nicolas Crevoisier, suppliant, qualiffié ecuyer, conjointement avec Bernard Malcuy, aussi qualiffié ecuyer, du moulin de Pont sur Madon, par devant Félix, tabellion au marquisat d'Haroué, en date du 27 février 1702, ladite coppie légalisée par ledit Bernard Malcuy comme juge civil et criminel audit marquisat de Haroué, le 15 octobre 1704. Plusieurs pièces concernant les employs dudit Claude Desle Crevoisier au service de notre cher et honnoré oncle Charles quatrième es années 1642 et 1643, aussi son congé absolu en date du 13 juillet 1650. La requête à nous présentée par ledit Claude Nicolas Crevoisier à ce qu'il nous plut de dispenser de produire des actes intermédiaires de dix ans en dix ans    pour la vérification de sa noblesse, attendu les désordres et changements survenus dans les familles pendant le malheur des guerres. Notre dirre du 27 mai dernier 1705, par lequel nous avons relevé et restitué le suppliant du deffaut de représentation des actes justificatifs de sa noblesse de dix ans en dix ans depuis ceux conformément à notre ordonnance et l’avons renvoyé à notre ditte Chambre des Comptes de Lorraine pour procéder à l'enthérinement dudit dirre pour au cas qu'il lui apparaîtrait par tiltres suffisants et authentiques de l'origine de ladite noblesse, ils eussent à passer outre et reconnaître le suppliant pour noble, encore bien qu'il ne justifie pas sa possession par des actes de dix ans en dix ans. Les conclusions de notre procureur général et ouy le rapport du sieur François de Rutant, conseiller, auditeur en notre ditte Chambre, et tant ce qui était à voir, vu et considéré. « Notre ditte Chambre a maintenu et gardé, maintient et garde Claude Nicolas Crevoisier en la jouissance et la possession de la Qualité de NOBLE, ordonne en conséquence qu'il jouira des privilèges, prérogatives, prééminences, immunités, franchises et libertés dont jouissent les autres nobles et gentilshommes de nos États tant et si longtemps qu'il vivra noblement et ne fera acte de dérogeance à noblesse. Fait en la Chambre, à Nancy, ce vingt-deux janvier mil sept cent six.

 

de Rutant.

 

 Épices et conclusions, quatorze escus  et demy. Reçu 451 fr. 60.

 

Labbé de Beaufremont ».

 

Le 28 du même mois de janvier 1706, ledit sieur Claude-Nicolas de Cre-voisier a retiré les titres et pièces sur lesquels le présent arrêt a été rendu.

 

Claude-Nicolas Crevoisier avait épousé, le 13 juin  1699, et par contrat passé à Vauvillers, devant Augier, notaire audit lieu, Hélène Thomassin de Montdoré (1), fille du sieur de Montdoré et de demoiselle Marguerite Durand. Il mourut à l'âge de 80 ans, et fut inhumé à Vomécourt, le 20 avril 1743. laissant trois enfants :

 

  1. Anne-Louise Crevoisier, morte en 1777, sans postérité ;
  2. Jeanne-Agnès Crevoisier, morte en bas âge ;
  3. Clément Crevoisier, qui suit.

 

(1) Montdoré : d’azur à un mont d’or.  Cette  famille était alliée à celle de Savoye, d’Hermezel, de Mandre, de Reule, du Châtelet, etc.

 


Ve DEGRÉ

 

Clément Crevoisier naquit à Pont et fut baptisé à Vomécourt (2) le 3 mai  1703.       

 

(2) Pont et Vomécourt étaient deux villages de Lorraine très proches, formant même paroisse.  Le château était à Pont, et l’église à Vomécourt.

 

Le 10 juin 1718. pour entrer dans les Cadets du roi de Pologne, duc de Lorraine, il produisit un certificat attestant quatre degrés de noblesse, du côté paternel (1).

II servit quatre ans comme cadet, et dix-sept ans comme chevau-léger (certificat du 19 mars 1737).

Le 23 janvier 1738, il était brigadier des cadets et obtenait un congé pour son mariage. En 1744, il recevait le brevet de major d'une compagnie des cadets.

Chevalier de Saint-Louis, il mourut le 26 mars 1755 et fut enterré à Lunéville, au caveau des Carmes.

Il avait épousé, le 27 janvier 1738, Marguerite Alliot (2), née en 1712, fille du sieur Alliot, baron d'Hurbache, laquelle mourut à son tour le 5 février 1761, à Hurbache, où elle fut inhumée dans la chapelle castrale.

De son mariage avec Marguerite Alliot d'Hurbache, Clément Crevoisier avait eu cinq enfants :

  1. Hélène-Anne-Françoise Crevoisier, qui épousa J. Le Maillot (3), lieutenant des maréchaux de France, conseiller du Roi, maître des Eaux et Forêts à Darney, mort sans postérité ;
  2. Anne-Marguerite-Louise Crevoisier, qui fut nommée, en 1754, à l'une des douze places des religieuses du Saint-Sacrement par Stanislas, duc de Lorraine.
  3. François- Constantin-Julie Crevoisier (1742-90) qui épousa Anne-Marguerite de Robert ;
  4. François Crevoisier; dit de Pont (1743-1780) qui, pour entrer au service de Sa Majesté l'Impératrice de Hongrie et de Bohème, dut fournir ses preuves de noblesse. Il était alors mineur, sous la tutelle de Charles-Joseph-Colin d'Hurbache. Il entra au régiment de Salm-Salm et obtint, le 20 février 1761, de Stanislas, roi de Pologne, ses lettres d'admission ;   
  5. Jean-François-Pierre-Fourier Crevoisier, dit de Vomécourt, qui suit.

 

(1) CERTIFICAT DE NOBLESSE

« Nous soubsigné, conseiller d'Estat et advocat général à la Chambre des Comptes de Lorraine, certifions qu'en exécution des ordres de Son Altesse Royale, ayant examiné les titres concernant la noblesse de la famille du sieur Clément Crevoisier, qui se présente pour entrer dans la Compagnie des Cadets, nous avons reconnu qu'il a quatre degrés de noblesse du côté paternel ; en foy de quoy nous avons signé les présentes Fait à Nancy, le 10 juin 1718.

Signé : Fernenus ».

 

(2)  Alliot : d'azur à la fasce d'or, chargé à dextre, d'un croissant de sable, et accompagné de quatre quintefeuilles d'or; trois rangées en chef et une en pointe.

(3)  Maillot : d'or à trois cotices d'azur.

 


VIe DEGRÉ

 

Jean-François-Pierre-Fourier Crevoisier, seigneur de Vomécourt, Pont-sur-Madon, baron d'Hurbache et seigneur voué de Saint-Dié, fut le premier qui. pour se distinguer de ses frères, ainsi qu'il était d'usage à cette époque, ajouta à son nom celui de Vomécourt. Il possédait d'ailleurs, par le rachat des parts de sa tante Anne-Louise et de celles de ses frères et sœurs, la totalité des seigneuries de Pont et de Vomécourt, en indivision avec sa sœur Hélène-Anne-Françoise, épouse Le Maillot, décédée sans postérité en 1778.

Il naquit à Lunéville le 21 avril 1752.

Le 10 janvier 1774, il obtint une dispense pour se marier avec sa cousine germaine, Anne-Françoise Colin d'Hurbache, née en 1753, fille de Charles-Joseph Colin, seigneur en partie d'Hurbache, et de Anne-Françoise Alliot d'Hurbache.

Le mariage eut lieu le 17 janvier 1774, à Hurbache.

Le 16 décembre 1776, alors qu'il était encore mineur, sous la tutelle de François-Constantin-Julie, son frère aîné, il rendit avec ce dernier et son autre frère, François, dit de Pont, foi et hommage pour les seigneuries de Saint-Dié et d'Hurbache, et le 10 décembre de la meme année pareillement foi et hommage pour celles de Pont-sur-Madon et Vomécourt.

 

FOY ET HOMMAGE Pour les seigneuries de Pont-sur-Madon et Vomécourt.

 

« Vu par la Chambre la requête à elle présentée par le sieur François-Constantin-Julie Crevoisier, écuyer, ancien officier pour le service de Sa Majesté la Reine de Hongrie, résidant à Pont-sur-Madon, en sa qualité de curateur du sieur Jean-François-Pierre-Fourier  Crevoisier,  aussi écuyer ; Anne-Louise Crevoisier, majeure d'ans, et Claude-Joseph François le Maillot, aussi écuyer, conseiller du Roy, maître particulier en la maîtrise des Eaux et Forêts de Mirecourt, tant de son chef qu'à cause de dame Hélène-Anne Crevoisier, son épouse, expositive qu'ils ont eu l'honneur de rendre leurs Foys et Hommages dus au Roy, le 23 décembre dernier, comme il en couste par l'arrêt en grosse dudit jour cy-joint, pour la terre et seigneurie de Pont-sur-Madon en totalité et la voiierie de Vomécourt, appartenances et dépendances, à charge d'en donner lettres reversales dans l'espace de 40 jours ; c'est pour y satisfaire que les

suppliants les présentent à la Chambre avec les titres justificatifs de la propriété et patrimonialité de laditte terre et seigneurie et vouerie, et a conclu à ce qu'il plût à la Chambre donner acte aux suppliants de la production des lettres reversales cy-jointes en date du 24 décembre dernier, ensemble de celle d'une liasse de 16 pièces de titres qui en prouvent la propriété et patrimonialité ; en conséquence, ordonner qu'il leur en sera délivré une expédition en grosse ainsi que de l'arrêt qui les aura admises,  ladite requête signée Messein, procureur. L'ordonnance de la Chambre au bas, en date du 15 janvier dernier, portant : soit montré au procureur général du Roy, ses conclusions ensuite. Vu pareillement lesdites lettres reversales du 24 décembre 1771, l'acte de Foy et Hommage accordé par la Chambre du 25 même mois, ensemble les autres pièces énoncées et jointes et après ouï sur ce M. François, conseiller, en son rapport, tout vu et considéré.

 

La Chambre a donné acte au suppliant de la présentation par lui faite de ses lettres reversales pour raison de la terre et seigneurie de Pont-sur-Madon en totalité et de la vouerie de Vomécourt, appartenances et dépendances, comme aussi des pièces qui en prouvent la propriété et la patrimonialité ; en conséquence, ordonne qu'il lui en sera délivré une expédition en grosse des mêmes reversales ainsi que du présent arrêt, sauf les droits du Roy et d'autrui. Fait à Nancy, en la Chambre du Conseil,

Signé : Brioron François.

 

Au nom et pour M. Messein, j'ai retiré les pièces qui ont été remises sur-le-champ au suppliant.

 

Signé : Le Maillot-Joly

 

ARCHIVES  DE NANCY B. N° 11.06, Folio 123.

 

23 décembre 1771. — Foy et Hommage de demoiselle Anne Crevoisier ; de sieur le Maillot, de son chef et à cause de dame Françoise Crevoisier, son épouse; de sieur François-Constantin-Julie Crevoisier, comme curateur de Jean-François-Pierre-Fourier Crevoisier, mineur, pour la terre et seigneurie de Pont-sur-Madon. »

 

FOI  ET  HOMMAGE Pour la seigneurie d'Hurbache, et la voûerie de Saint-Dié.

 

« LOUIS, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceux qui ces présentes verront, faire savoir faisons : que vu par notre Chambre des Comptes la requête à elle présentée par le sieur François-Constantin-Julie de Crevoisier, écuyer, ancien officier pour le service de nôtre très chère et très amée sœur l'Impératrice Reine de Hongrie ; François Crevoisier, demeurant à Urbache, ancien cadet de feu nôtre très cher et très amé frère et bisaïeul le Roy de Pologne ; et Jean-François-Pierre-Fou rier de Crevoisier, chevalier de Vomécourt, résidant à Saint-Diez, tous seigneurs d'Urbache en partie et voués de la ville de Saint-Diez, expositive qu'ils ont en l'honneur de nous rendre leur Foi et Hommage et prêter le serment de fidélité par le sieur François-Gérard Pierre de la Chambre, fondé de leur procuration du 25 novembre dernier, laquelle est demeurée jointe a la minute de l'arrêt qui les a admis pour raison de ce qu'ils possèdent dans les dites terres et seigneurie d'Urbache et dépendances, à charge par les suppliants de donner dans 40 jours leurs lettres reversales suivant qu'il en couste par ledit arrêt du 4 du courant ; c'est pour y satisfaire qu'il a l'honneur de donner sa requette et a conclu à ce qu'il plût nôtre dite Chambre, vu son arrêt dudit jour 4 décembre, donner acte de la production que font les suppliants de leurs lettres reversales et des pièces justificatives qui en prouvent la propriété, ordonne qu'il en sera délivré une expédition en grosse pour y avoir recours le cas échéant; laditte requête signée Poinsignon, procureur ; l'ordonnance de notre dite Chambre au. bas, en datte du 11 du présent mois, portant : soit montré à notre procureur général, ses conclusions ; ensuite vu pareillement l'acte de Foy et Hommage pretté au nom du suppliant le 4 du présent mois, les lettres reversales fournies. En conséquence, le 10 suivant et autres pièces jointes et après avoir ouï sur ce notre amé et féal conseiller le sieur Léopold-Charles Lefebvre en son rapport ; tout vu et considéré.

Notre dite Chambre faisant droit sur les conclusions de la requête, a donné acte aux suppliants de la présentation par eux faite de leurs lettres reversales pour moitié de la terre et seigneurie d’Urbache et de la voüerie de Saint-Diez, ensemble des titres qui en prouvent la propriété et patrimonialité, ordonne en conséquence qu’il leur sera délivré une expédition en grosse des dites lettres reversales ainsi que du présent arrêt, sauf nos droits et ceux d’autruy.  Fait à Nancy, en la Chambre du Conseil, et donné sous le grand scel de notre dite Chambre, le seize décembre l'an de grâce mil sept cent soixante seize et de notre règne le troisième.

 

Par la Chambre,

Signé : Bureau

 

Pierre-Fourier de Crevoisier de Vomécourt prit du service en Hollande et devint major de hussards.

En 1789, convoqué à l'élection des députés de la noblesse aux États Généraux, il constituait, le 12 mars suivant contrat ci-dessous rapporté (1), pour son mandataire messire François-Constantin-Julie Crevoisier, son frère aîné.

 

(1) PROCURATION POUR L'ÉLECTION D'UN DÉPUTÉ DE LA NOBLESSE

 

Par devant les conseillers du Roy, notaires de Metz soussignés, fut présent messire Jean-François-Gabriel-Pierre-Fourier Crevoisier de Vomécourt, seigneur en partie + de la baronnie d'Hurbache, aussi seigneur voué de la ville de Saint-Diez, capitaine de hussards au service de Holande, demeurant ordinairement à Saint-Diez, étant ce jour en cette ville.

Lequel a par ces présentes fait et constitué pour son procureur général et spécial la personne de messire François-Constantin-Julie Crevoisier, seigneur aussi en partie, haut moyen et bas justicier de la baronnie d'Hurbache et aussi seigneur voué de laditte ville de Saint-Diez, officier au service de Sa Majesté Impériale auquel ledit constituant donne pouvoir de pour lui et en son nom, comparoir a l'assemblée générale des trois Etats du bailliage de Saint-Diez, qui doit être tenue le 15 mars 17S9, en exécution des lettres du Roy données à Versailles le 24 janvier 1789. pour la convocation des Etats Généraux, du règlement y annexé et de l'ordonnance de Monsieur le                                     rendue en conséquence de laditte lettre le et au désir de l'assignation donnée audit constituant par exploit du 7 mars 1789 pour se trouver à laditte assemblée et concourir au nom dudit constituant à l'élection des députés de son ordre qui seront envoyés aux États Généraux dans le nombre et la proportion déterminés par la lettre de Sa Majesté ; de leur donner tous pouvoirs généraux et suffisants pour proposer, remontrer, aviser et consentir tout ce qui peut concerner les besoins de l'État, la réforme des abus, l'établissement d'un ordre fixe et durable dans toutes les parties de l'administration, la prospérité générale du royaume et le bien de tous et de chacun des sujets de Sa Majesté.

 

Promettant ledit constituant agréer et approuver tout ce que ledit procureur aura fait, délibéré et signé en vertu des présentes comme si ledit constituant y avait assisté en personne.                           

 

Fait et passé en l'étude de Me Mezoyer Constant, l'un des notaires soussignés, le douze mars après midi de l'an mil sept cent quatre vingt neuf et à mondit sieur constituant. Signé après lecture faite.

 

+ haut, moyen et bas justicier. Ce renvoi approuvé.

 

Scellé à Metz (le cachet apposé).

Signé : Guf.der, Mesoyer Constant.

Contrôlé à Metz, le 12 mars 1789, Reçu 15 sols.

(Signature illisible.)

 

Nous, Jacques-Etienne Hellaire, conseiller au bailliage et siège présidial de Metz pour l'absence du lieutenant général aux dits sièges, certifions à tous ceux qu'il appartiendra que M" Gueder et Mezoyer Constant, qui ont signé la procuration ci-dessus et d'autre part sont conseillers du Roy, notaires à Metz, et que foi doit être ajoutée tant en jugement que dehors à tous actes qu'ils passent, signent et délivrent en leur dite qualité. Donné à Metz, en nôtre hôtel, ce douze mars mil sept cent quatre vingt neuf.

 

Signé : Hellaire.

 

Il mourut à Moscou, où il fut inhumé le 23 avril 1801, laissant comme enfants:

  1. Charlotte-Hélène Crevoisier, née en 1774, qui épousa en premières noces Charles Rieff, et, en secondes noces, le général comte de Kédern de Trobriand. Elle mourut veuve à Nancy, en 1869, en son hôtel de la place Stanislas ;
  2. Jean-François-Constantin Crevoisier, qui suit.

 


VIIe DEGRÉ

 

Jean-François-Constantin de Crevoisierde Vomécourt, baron d'Hurbache, né le 4 octobre 1778, fit ses études dans un collège de Paris. Comme il s'y trouvait encore pendant la tourmente révolutionnaire, il dut, pour échapper à la Terreur, se rendre à pied à Hurbache.

Peu de temps après, il s'engagea dans un régiment. Dans un acte daté de 1817, il est qualifié d' « adjudant major des dragons de l'Héraut, actuellement aussi adjudant major des chasseurs du régiment de Vaucluse, en garnison à Pontivy."

Il assista à presque toutes les guerres de L'Empire. Blessé de quatre coups de sabre, à la bataille d'Eylau, et d'un coup de feu, à la mâchoire inférieure, à la bataille de Rodrigo (Espagne), il fut décoré de la médaille militaire, de la croix de la Légion d'honneur, de la médaille de Sainte-Hélène, et mis à la réforme le 29 septembre 1824.

Retiré à Hurbache, dans le château d'enbas, il épousa, en 1835, Catherine-Céline-Charlotte Petitdidier, fille d'un de ses anciens compagnons d'armes.

Il fut le dernier qui conserva le nom d'Hurbache avec son titre de baron. Après lui, ses descendants abandonnèrent, dans la pratique, le nom de cette seigneurie. L'usage prévalut et ils furent simplement qualifiés barons de Vomécourt.

Il mourut à Hurbache le 13 juin 1860, laissant un fils: Jean-François-Constantin-Louis, qui suit.

 


VIIIe DEGRÉ

 

Jean-François-Constantin-Louis de Crevoisier, baron de Vomécourt, naquit le 27 juin 1837 et fit ses études à Nancy. Par respect des ordres paternels, il renonça à la vie militaire, malgré le vif désir qu'il en avait.

Il revint à Hurbache, où il épousa, le 21 août 1861, Marie-Hortense Divoux.

En 1869, il vendit cette terre et vint habiter Nancy, où il mourut le 3 juin 1885.

Sa veuve lui survécut quelque temps, et mourut à Saint-Michel-sur-Meurthe, le 11 septembre 1898. 11 laissa deux enfants :

  1. Jean-François-Constantin-Maxime de Crevoisier de Vomécourt, qui suit;
  2. Charles-Marie-Joseph Lionel de Crevoisier de Vomécourt, docteur en médecine, né le 28 juillet 1865, qui fit, en qualité de médecin militaire des colonies, les campagnes du Soudan et du Tonkin.

Démissionnaire pour raison de santé, rentré dans la vie privée, il habite actuellement Paris, où il s'occupe de questions scientifiques.

 


IXe DEGRÉ

 

Jean-François-Constantin-Maxime de Crevoisier, baron de Vomécourt, chef actuel de la famille, plus connu sous le nom de baron de Vomécourt qu'il porte presque exclusivement, est né  à Hurbache le 1er juin 1863.

Licencié en droit,  membre de plusieurs Sociétés savantes, il s'occupe d'agriculture et habite le château de Chassey-les-Monbozon (Haute-Saône).

Le 4 février 1893, il a épousé, à Nancy, Louise-Adrienne-Marie de Carrey d'Asnieres, fille de Anatole de Carrey d'Asnières (1) et de Isabelle de Curel (2).


 

ARMES :

Parti : au 1, d'azur à trois palmes, d'argent mises en pal, celle du milieu plus élevée, qui est de Crevoisier de  Vomécourt ; au 2, d'azur à trois losanges d'argent, qui est de Carrey d'Asnières.

 

(1) De Carrey d'Asnières : d'azur à trois losanges d'argent.

(2) De Corel : d'azur au lion d'or, armé et lampassé de gueules, accompagné, à senestre, d'un senestrochère de carnation, tenant une balance d'argent, et sortant d'une nuée an naturel, chargé d'une étoile d'argent.

 

De ce mariage, sont issus :

 

  1. Paule-Jacqueline, née le 7 mai 1898 ;
  2. Jean-François-Constantin, né le 25 mai 1899 ;
  3. Anne-Françoise, née le 6 novembre 1900 ;
  4. Philippe-Albert, né le 16 janvier 1902 ;
  5. Pierre-Fourier, né le 1er janvier 1906.

 



Naturalization and Foreign Titles

 

Does the H.O. propose to consider the cases of persons who bear foreign titles, each one on its merits? Does it propose to investigate the history of the title and say whether it is worthy of being used in the UK? If permission is to be given where the history of the title seems to be reputable, there will be a sort of official recognition given to naturalized British subjects, which is denied to British born persons of foreign and noble ancestry; for the titles of those persons can have no recognition except by Royal Licence, which in fact is not often granted. On the other hand if all naturalized British subjects with foreign titles are to be expressly debarred from using them unofficially, they will be caused some inconvenience and humiuliation, but their descendants will be free to revive their titles at pleasure.

 

Further the difficulty of deciding these cases (with any show of mere consistency) on their merits is considerable. A proper investigation of the desirability of granting the right to bear a foreign title would raise many of the knotty problems which arise in the decision of claims to British peerages, and there would also be great difficulties in the production of the relevant documents. Moreover the H.O. library is singluarly devoid of orks of reference bearing on these matters.

 

The actual prestige which should attach to foreign titles of different periods raises further difficulties. Take the case of the French Baron. In the Middle Ages a Barony was a territorial lordship, and not a title; but the descendants of these territorial lords are now and have long been styled ‘barons’. They were officially regonized as barons before the establishment of the present republic. It was not until the time of Louis XIV that the title of baron was conferred as a title of honour by the French kings. Under Napoileon it was ex officio the title of certain public functionaries, and in the case of bishops it was made to descend to their nephews.

 

obviously from a genealogical point of view the older titles are more honourable than the modern, but they are not held under royal grants, and as their holders are often in reduced circumstances, the right to use them would in many cases be difficult to establish at all satisfactorily.

 

I believe that licences to use foreign titles in the UK have in most cases been granted to persons who have rendered personal services to Royalties, e.g. Barons Duinsdale, Baron Stockmar, Baron Boxal the solicitor (in succession to Queen Victoria’s solicitor) to the Duke of Edinburgh, count Strickland’s case was peculiar.

 



A very brief outline of the Crevoisier ancestors as taken from the document is attached. Supposing that the statements in the document are genuine, it would seem that the lady's claim to the title is well founded, though it is obviously not possible for H.O. to pronounce any opinion.

 

The question comes up for decision, is to what course assuming the title to be genuine is to be adopted in granting the Certificate of Naturalization.

 

The original practice of the Department was to ignore titles and to omit all mention of them in certificates of naturalization. In this way no official recognition could be claimed by the grantee on the ground that the title was given in the Certificate, and at the same time the H.O. avoided the difficulty of considering whether a claim to a title was well founded. The grantee was left at liberty to use the title after naturalization in the same way as before.

 

On B11067/8 S. of S. raised the question whether it would not be right to require an applicant to abandon a foreign title as a condition of naturalisation and on B11067/10 took the view that if a man becomes a citizen of a country he should conform to its customs in matters of title and if he wishes to use a foreign title should seek to obtain leave in the same way as other citizens If he gave an undertaking to abandon the title and after naturalization resumed its use he would be guilty of having made a false representation and the Certificate could be revoked.

In addition to the present case there are three more awaiting decision all of which involve different classes of titles. They may be taken together.

 

1. Baroness de Vomecourt (275,859) - a French woman by birth the widow of Baron de Vomecourt, a French noble who traces his right to the use of nobility as far back as 1623 and earlier. It was confirmed in 1706 by an Arret de la Chambre des Comptes de Lorraine, was recognised in 1718, and homage was paid for it in 1776. Titles are no longer officially recognised in France but they are used socially. The French Government is completely indifferent to them and the British Foreign Office has no objection to their use. The lady has 5 children all under age born in Frence: she wishes the 3 sons to be included in her Certificate but not the two daughters.

 

2. Armentine Maria Stenbock (316966), a British-born woman, the widow of a Swedish Count, who was Swedish Minister at Constantinople, H.O. has not yet asked for particulars of the husband's title, but it may be presumed that it was genuine and officially recognised. She has one son, aged 40, British-born, who is said to be somewhat of an invalid; it has not been ascertained whether the title descends to him or ceases with the wife.

3. Baroness Teresa de Sousa-Deiro (310519), a British-born woman, widow of a Portuguese who was made a Baron in 1903 by King Carlos, the father of the ex-King Manuel. She has two children, British-born, a daughter aged 21 and a son aged 14; but the title is personal, and does not descend without Royal permission. As there are no Kings in Portugal, the title cannot be confirmed to the son. So far as she knows, no steps have been taken by the Republic to abrogate titles, though presumably the Republic would pay no attention to them.

 

(4) Baroness Nagy Szopory. (315569) A British-born woman who married a Hungarian, and divorced him in September 1914. H. O. has no particulars as to the husband's title. She had one son, but he died in April last, so that there is no question or descent of title. As she is divorced, I suppose her right to the use of the title is open to doubt. [this may be doubtful] This case differs from the previous ones because the title is an enemy one.

 

The question arises, are these four ladies to be made to give up their titles as a condition of naturalization? Mr. Turner's note within raises the difficulties on the general point, the principal one of which seems to be the question of descent, i.e. if these ladies are made

to abandon their title, they themselves can be prevented from using them by the threat of revocation of their certificates, but what is to prevent their children from resuscitating them?

 

Whether their children are over or under age, I do not see how the mothers can bind them not to use the titles. If the children are born in the United Kingdom, they are British

subjects, and are not included in the certificate. If they are born out of the United Kingdom, and are included, they are deemed by Section 27 of the Act of 1914 to have

been granted Certificates of Naturalization. Could this naturalization be revoked on the ground of misrepresentation if a mother or father undertook on behalf of children that they should not use a title, and they subsequently did so?  I hardly think so. Further, there is the case of children over age,.ue.g. the son of Countess Stenbock. What is to prevent him from using the title, whatever may be his claim to it? The mother cannot be asked to renounce it on his behalf.

 

In America, I believe persons are made to renounce all titles on becoming naturalized; but the analogy of America and this country scarcely holds. There are no titles in America, though I do not know whether the Constitution provides penalties for the unlawful assumption of titles. On the other hand, in this country there is nothing to prevent persons using fictitious titles so long as they don't giving themselves within the law of false pretences.

 

The whole question seems to be very thorny, and as there are so many numerous types of titles, as instanced by the four cases now under consideration, it would appear very difficult to select a path which will not lead into thorns sooner or later.

 

As to the four cases, it would be very hard to make the Baroness de Vimecourt give up her title, which is one of weight and contains much history. Baroness de Sousa Driro loves her title, young though it be, and she told me that she would not part with it: she could not possibly bear the return to plain Mrs.  Probably Countess Stenbock' attitude would be the same. The case of Baroness Szopory is different, because it is an enemy title. She might well be required to drop it. Her case is not complicated by children.  On the whole, the simplest course would perhaps be to stick to the old practice of  ignoring the titles, (except in cases of enemy titles, which can be dealt with as they come up) and omitting them in the Certificates of naturalization.

 

EWH

 

The other day on another point I referred to Calvin’s Case (Coke Rep. VII) and found a passage that seems very relevant to the legal position of foreign titles here, and I have had it copied and annex it.  Apparently no legal recognition in any legal proceeding ought to be given to a foreign title, with the exception of King (and Queen?).  JFW 6.3.18




M.M.

 

COPY 275859.

 

Extract from the report of Calvin's Case. Coke's Reports Part VII. 15a."

 

And therefore if a countes of France or Spain or any other foreign kingdom, should come into England, he should not here sue, or be sued by the name of countee, &c. for that he is none of the nobles that are members of the (x) Upper House of the Parliament of England; and herewith agree the book-cases of (b) 20 Ed.4.6.a.b. and 11 Ed.3. Tit. Bre.473. like law it is, and for the same reason, of an earl or baron of Ireland, he is not any peer, or of the nobility of this realm: and herewith agreeth the book in 8.R.2 Tit. (c) Proces.pl.ultim.; where in an action of debt, process of outlawry was awarded against the earl of Ormond in Ireland; which ought not to have been, if he had been noble here. Vide Dyer (d) 20 Eliz.360.

 

But yet there is a diversity in our books worthy of observation; for the highest and lowest dignities are universal; for if a King of a foreign nation come into England, by the leave of the King of this realm (as it ought to be) in this case he shall sue and be sued by the name of a King; and herewith agreeth 11E.3.Tit .Br. (e) 473. where the case was, that Alice which was the wife of R. de O. brought a writ of dower against John Earl of Richmond, and the writ was Praecip. Johann' Comiti Richmondies custodi terr' et haeredis of William the son of R.de O. the tenant pleaded that he is Duke of Britain, not named duke, judgment of the writ? But it is ruled that the writ was good; for that the dukedom of Britain was not within the realm of England.

 

(x15 b.)

 

(b)9Co.H7.b. Br.nosme de dignity 49.

(c) 9 Co.117.b. Pitz.Proc.224.

(d)Dy.360.pl.6. Co.lit.261.b. Acc.Freem.249.

(e)Moor 803. 9 Co.117.b. Postea 16.a.

 

The other part of the said diversity is proved by the book-case in 20 (b)E.4.fol.6.a.b. where, in a writ of debt Drought by Sir J. Douglas, Knight, against Elizabeth Molford, the defendant, demanded judgment of the writ; for that (x)the plaintiff was an earl of Scotland (H) but not of England; and that out Sovereign lord the King had granted unto him safe conduct, not named by his name of dignity, judgment of the writ &c. And there Justice Littleton giveth the rule: the plaintiff (saith he) is an earl in Scotland, but not in England; and if our Sovereign Lord the King grant to a duke of France a safe conduct to merchandize, and enter into his realm, if the duke cometh and bringeth merchandize into this land, and is to sue an action here, he ought not to name himself duke; for he is not a duke in this land, but only in France. And these be the very words of that book-case; out of which I collect three things. First, that the plaintiff was named by the name of a knight, wheresoever he received that degree of dignity. Vide (c) 7 H.6.14b.accord.2. That an earl of another nation or kingdom is no earl (to be so named in legal proceedings) within this realm: and herewith agreeth the book of (d) 11 Ed.3. the Earl of Richmond's case before recited. 3. That albeit the King by his letters patent of safe conduct do name him duke, yet that appellation maketh him no duke, to sue or to be sued by that name within England.

 

(fb)9 Co.117.b. Br.nosme de dignity, 49.

(x16 a.)

(c)Br.Brief 159.Fitz.Brief 35.

(d) 11 E.3. Fitz.Brief.473. Antea 15b. Moor 803. 9Co.ll7.b.

 



(1) Frederick Crevoisier.

(2) Gaspard Crevoisier. ln 1623, Philip of Spain gave him a document stating that his ancestors had served Philip's ancestors for 400 years, and according him permission

"continuer a porter les armes que le dit Capitaine Gaspard Crevoisier a porte' jusque ors."

(3) Claude Crevoisier,

(4) Claude Nicholas Crevoisier. in 1706 he had his title of Noble confirmed by an arret de la chambre des Comtes de Lorraine.

(5) Clement Crevoisier in 1718, when applying to enter les Cadets du Roi de Pologne, had to prove his claim to nobility. On production of his documents, le Conseiller d'Estat et advocat general a la Chambre des Comptes de Lorraine, gave him a certificate that he was satisfied that Clement Crevoisier had four degrees of nobility on his father's side.

(6) Jean-Francois-Pierre-Fourier Crevoisier. In 1726 he paid fealty and hommage far his estates.

(7) Jean François-Constantin de Crevoiaier de Vomecourt, born 1778: retired to Hurbach during Reign of Terror,

(8) Jean-François-Constantin Louis de Crevoisier.

(9) Jean-François-Constantin Maxime de Crevoisier, married in 1893 Anatole de Carrey d'Asnieres - the present applicant.

 


 

74 Hove Villas, Hove, Sussex.

 

December 18th, 1916.

 

Sir,

 

I have the honour to acknowledge the receipt of your intimation, dated the 13th instant, that you are now prepared to issue the certificate of naturalization to Adrienne Marie Louise de Crevoisier de Vomecourt.

 

On behalf of Madame La Baronne de Vomecourt I

1) send herewith two postal Orders for £1 each as directed, and beg you to address the certificate to her direct at “Lorraine", 76 The Drive, Hove.

2) assume that the Certificate, like the Application, will include the names of her three boys the eldest of whom, is eager to offer himself for service in the Royal flying Corps.

3) venture to remind you that you have not yet returned as she requested her copy of "'L'Armorial and the "Carte d'Electeur".

4) beg to enquire whether it is necessary that she should, after Naturalization, apply for permission to continue to use her title, and, if so, to whom she should address herself, and what is the procedure.

 

I am, Sir,

your obedient servant,

 

            Ernest E. Chant

 

The Under Secretary of State,

Home Office,

London.

 


 

 

J.F.C. de Vomecourt was appointed temp. 2nd Lts (on prob.) 27th Sep 1917, flying officer in the Royal Flying Corps, Jan 10, 1918, transferred  to unempl. list 30 May 1919.

Adrienne Marie Louise de Crevoisier, baroness de Vomécourt died 30 Aug 1920.

 

For more on the Crevoisier de Vomecourt family, see http://gw0.geneanet.org/index.php3?b=crevoisier


return to Styles and Titles of the British royal family
British Heraldry Page | Search Heraldica | Heraldic Glossary | Contact

François Velde

Last modified: Jun 28, 2007